Jardin

Larve de cétoine : la distinguer de la larve de hanneton

Dans le jardin, la larve de cétoine peut être vue comme une amie de par le fait qu’elle participe à l’écosystème. Ce n’est pas le cas de la larve de hanneton qui, elle, détruit les racines de vos plantes. Si vous n’êtes pas un connaisseur, vous risquez de tuer les larves de cétoine avec les larves de hanneton. Il est donc important de bien les distinguer.

Connaissez-vous la cétoine ?

La cétoine appartient à la famille des coléoptères. La cétoine dorée est l’espèce qu’on rencontre le plus et on l’appelle aussi le hanneton des roses. Il existe tout de même d’autres espèces de cétoines qui sont moins colorées, mais leur mode de vie est presque similaire à celui de la cétoine dorée.

A lire en complément : Quelle TVA pour l'entretien de votre jardin ?

La cétoine dorée fait entre 12 et 25 mm de long : avec cette grandeur, il est difficile de ne pas la voir. On la reconnaît aussi par sa carapace verte métallisée avec des reflets dorés. On retrouve souvent la cétoine sur les fleurs, notamment au milieu des étamines, mais aussi sur les fruits mûrs. Elle participe même à la pollinisation et à la fructification des plantes.

En tant qu’insecte, la cétoine est une auxiliaire utile au jardin, mais avant d’être adulte, elle a été pendant près de trois ans à l’état de larve. Pendant cette longue période, la larve de cétoine passe par plusieurs stades, mais morphologiquement, elle ressemble toujours à un gros ver dodu de couleur blanche grisâtre. La larve de cétoine se nourrit de déchets végétaux et de matières organiques en décomposition. Elle va s’activer pour les décomposer en humus ou en compost et ce, plus rapidement et de manière plus homogène.

Lire également : Comment doser le désherbant ?

C’est tout naturellement que cette larve choisit comme domicile le tas de compost. On peut également retrouver cette larve dans le bois mort et dans les litières de feuilles mortes. Elle ne présente aucun danger pour vos plantes.

La larve de cétoine, de par sa ressemblance avec d’autres larves indésirables, peut effrayer les primo-jardiniers. On comprend votre inquiétude, car il y a bien des larves indésirables comme les larves de hanneton et les larves de noctuelle qui se nourrissent de racines. Attention tout de même, la réussite de vos prochaines cultures dépend en partie de ces larves de cétoine, donc considérez-les comme des hôtes dans votre jardin. Ne les chassez pas avec les autres larves.

La larve de hanneton, un ennemi

Même si la larve de hanneton se fait plus rare dans nos jardins, il faut quand même s’en méfier. En effet, c’est un insecte redoutable, un vrai parasite ravageur. Cette larve n’aura pas pitié des racines, notamment des racines de légumes. Elle se nourrira gracieusement des carottes et des pommes de terre. Elle pourra aussi s’attaquer aux racines de salade et de fraisiers, ce qui fait que ces plantes finissent par mourir au bout de quelques jours. La larve de hanneton peut même aller jusqu’aux massifs de fleurs. Il faudra alors s’en débarrasser en ameublissant régulièrement la terre.

Est-ce une larve de cétoine ou une larve de hanneton ?

Lorsqu’on n’est pas grand jardinier, on ne sait pas si on est face à une larve de cétoine ou une larve de hanneton. Déjà, l’endroit où vous avez trouvé la larve peut déjà vous donner un indice sur l’espèce. Si vous l’avez ramassé dans les composteurs sur des matériaux organiques en décomposition, c’est peut-être une cétoine, mais si vous l’avez récupéré dans les profondeurs de la terre, il peut s’agir d’un hanneton.

Si vous ouvrez bien l’œil, vous n’aurez pas de grandes difficultés à les distinguer :

  • De par leur couleur : la larve de cétoine prend une couleur blanche grisâtre et la larve de hanneton une teinte plutôt jaunâtre,
  • De par leurs pattes : les plus courageux n’auront pas de mal à prendre ces larves. Regardez au niveau des pattes : la larve de cétoine a des pattes plus courtes par rapport à la largeur de son corps. Elles sont presque invisibles. La larve de hanneton, elle, a des pattes plus longues,
  • De par leur tête : celle de la cétoine est plus petite et celle du hanneton est plus grosse et comprend des mandibules,
  • De par le bout de leur abdomen : la larve de cétoine a un abdomen avec un bout qui paraît comme enflé. La larve de hanneton a l’extrémité de son abdomen plus fin,
  • De par leur texture : au toucher, si la larve paraît comme velue, c’est une larve de hanneton. La larve de cétoine, elle, est lisse.

Pour confirmer, s’il s’agit d’une larve de cétoine ou de hanneton, posez-la sur votre main. Si le « ver » part et remue sur le dos, c’est une cétoine, mais s’il reste immobile sur le dos, c’est un hanneton. Retournez la petite bestiole, s’il avance sur ses pattes, c’est bien un hanneton.